Incontinence urinaire chez l’homme: un sujet encore trop tabou

Les fuites urinaires ne sont pas l’apanage des femmes : les hommes aussi peuvent être concernés. Certes, les fuites sont moins fréquentes chez les hommes car le périnée, dont le rôle est essentiel pour éviter les fuites, est plus solide que chez la femme, tout simplement pour des raisons anatomiques. De plus, le périnée des hommes n’est pas soumis à deux événements souvent pourvoyeurs d’incontinence : la grossesse et l’accouchement.

La prostate dans la ligne de mire

C’est la prostate qui est en général responsable des fuites urinaires chez l’homme, et ce dans plusieurs situations. Une hypertrophie bénigne de la prostate va réduire le calibre de l’urètre et la vessie aura comme réflexe de se contracter davantage pour vaincre l’obstacle à l’écoulement de l’urine, ce qui peut provoquer des fuites. Autre exemple : une intervention chirurgicale en cas de cancer de la prostate peut, dans certains cas, abîmer le sphincter urinaire et donc provoquer des fuites.

C’est parce que les fuites urinaires sont souvent liées à des problèmes de prostate que l’incontinence concerne plutôt les hommes âgés de plus de 40 ans : elle survient chez 3 à 5 % des quadragénaires et augmente ensuite avec l’âge pour concerner 10 % des hommes de 60 ans et 30 % après 90 ans. Les problèmes de prostate ne sont pas l’unique responsable des fuites. De nombreuses maladies peuvent altérer le fonctionnement neurologique de la vessie et être responsables d’incontinence : maladie de Parkinson ou maladie d’Alzheimer, accident vasculaire cérébral, diabète, traumatismes de la moelle épinière… La vessie devient alors hyperactive : elle se contracte alors de façon inopportune, déclenchant des envies d’uriner fréquentes, de jour comme de nuit, et difficiles à contrôler. Il arrive également que la vessie devienne hyperactive sans raison particulière.

Fuites urinaires : un sujet encore trop tabou

Les fuites urinaires peuvent être une source d’angoisse et de gêne vis-à-vis du conjoint, des amis ou des proches et donc altérer la qualité de vie au quotidien. Malheureusement, de nombreux hommes (1 sur 2) n’osent pas consulter leur médecin. Les raisons sont nombreuses : « On n’y peut rien, c’est l’âge », « De toute façon il n’y a pas de traitement », « je n’ai pas envie que mon médecin sache que j’ai des fuites, je me sens gêné », « je me sens atteint dans ma virilité »... Les fuites urinaires sont une source de stress important et sont en général plus mal vécues chez les hommes que chez les femmes. Pourtant, il ne faut pas oublier que l’incontinence urinaire n’est pas une fatalité. On peut l’expliquer, la diagnostiquer, l’évaluer et surtout la traiter. En fonction de la cause des fuites urinaires, le traitement sera différent : médicaments, chirurgie, rééducation du périnée…

Protections urinaires : pour l’homme aussi !

Si vous avez des pertes d’urine involontaires, il est important de ne pas culpabiliser : de nombreux hommes en souffrent, même s’ils n’en parlent pas. Le premier réflexe est de consulter son médecin  généraliste qui pourra éventuellement vous conseiller d’aller voir un urologue. Vous bénéficierez d’une prise en charge adaptée qui visera à trouver la cause de l’incontinence puis de la traiter. En parallèle, pensez à vous procurer des protections urinaires spécialement conçues pour les hommes. Elles s’adaptent à votre anatomie et sont discrètes.

 

En conclusion, oser consulter un médecin et porter des protections urinaires.

 

Sources bibliographiques:

  • Jaunin-Stalder N et al. Incontinence urinaire : n’oublions ni les hommes ni les femmes. Rev Med Suisse 2013 ; 9 : 1535-7.
  • Grise P et al. L’incontinence urinaire d’effort chez l’homme : place des alternatives au sphincter artificiel urinaire. Progrès en urologie, 2009 ; 19 : 897-901.
  • National Institutes of Health. Urinary Incontinence in Men, 2007.
  • Association française d’urologie. Fiche d’information « Incontinence urinaire masculine », 2011.
Paramètres des cookies