La prostate est une glande de la taille d'une châtaigne située sous la vessie, en avant du rectum. Elle entoure l'urètre, canal qui sort de la vessie et qui permet d'évacuer l'urine et permet également le passage du sperme. La prostate secrète une partie du liquide qui, avec les spermatozoïdes produits par les testicules, compose le sperme. Elle est aussi à l’origine de la majorité des fuites urinaires chez l’homme…

L’adénome de la prostate

En France, un million d’hommes sont concernés par l’Hypertrophie Bénigne de la Prostate (HBP ou adénome prostatique). Il s’agit d’une augmentation de la taille de la glande qui peut apparaître chez l’homme à partir de 40 ans. Ce n'est pas un cancer.

Les troubles urinaires liés à l’HBP concernent 100 000 hommes chaque année. En effet, en augmentant de taille, la prostate comprime l’urètre et donc gêne la vidange de la vessie. Celle-ci aura alors comme réflexe de se contracter davantage pour vaincre l’obstacle à l’écoulement de l’urine, ce qui se manifeste par des besoins d’aller uriner fréquents et difficiles à contrôler, de jour comme de nuit : on parle de vessie hyperactive. Ces envies pressantes peuvent donner lieu à des fuites urinaires si le temps manque pour aller aux toilettes… Ces envies pressantes et fréquentes et les fuites urinaires ne sont pas les seuls symptômes de l’HBP d’autres signes peuvent également l’évoquer tels que :

- La faiblesse du jet avec parfois le besoin de pousser pour uriner,

- Le besoin de se lever plusieurs fois la nuit pour aller aux toilettes,

- l’impression que la vessie n’est jamais tout à fait vide,

- du sang dans les urines.

Le cancer de la prostate

Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez les hommes, il survient le plus souvent autour de 70 ans. Là-aussi, la prostate augmente de volume et peut donc gêner l’écoulement de l’urine, se traduisant par une vessie hyperactive avec des envies fréquentes d’aller uriner, difficiles à retenir et pouvant entraîner des fuites.

La chirurgie du cancer de la prostate

L’un des traitements du cancer de la prostate est la chirurgie. Elle consiste en l’ablation de la prostate (on parle de « prostatectomie ») et des vésicules séminales qui l’entourent. Des fuites urinaires peuvent survenir suite à une opération, c’est l’effet indésirable le plus fréquent. Il s’agit d’une incontinence urinaire à l’effort, le plus souvent temporaire, qui apparaît dans les semaines suivant l’intervention.

La radiothérapie suite au cancer de la prostate

La radiothérapie (« les rayons ») est également l’une des options thérapeutiques envisagées lors d’un cancer de la prostate. La vessie et l’urètre peuvent être enflammés suite à la radiothérapie et cela peut se manifester par des envies d’uriner fréquentes et difficiles à contrôler, voire par des fuites urinaires. En général, cette incontinence est temporaire.

Que faire en cas de fuites urinaires ?

Dans tous les cas, il ne faut pas garder cela pour soi. Deux millions d’hommes sont concernés, vous n’êtes donc pas seul. Il existe des solutions efficaces qu’elles soient médicales ou pratiques.

Le premier réflexe est d’aborder le sujet avec votre médecin. En fonction de l’origine de vos fuites urinaires, il pourra vous proposer un traitement personnalisé. Suite à une chirurgie liée à un cancer de la prostate, la rééducation du périnée effectuée avec un kinésithérapeute est la première approche : elle vise à renforcer les muscles du périnée pour retrouver le contrôle sur les fuites. Dans le cas d’une hypertrophie bénigne de la prostate, des traitements médicamenteux peuvent être prescrits.

Et pour votre quotidien, pensez à vous procurer des protections urinaires spécialement conçues pour les hommes. Elles s’adaptent à votre anatomie et sont discrètes : vous vous sentirez moins gêné par les éventuelles fuites.

 

Sources bibliographiques:

Paramètres des cookies